Le poste de travail nouvelle génération : Comment contribue-t-il à une animation client plus efficace ? – 3/3

Le poste de travail nouvelle génération : Comment contribue-t-il à une animation client plus efficace ? – 3/3

Bien que notre approche en matière de poste de travail se base sur une approche fonctionnelle plutôt que technique, il est important de souligner et de préciser les différents leviers nécessaires à la refonte du poste de travail relationnel.

3. Les principes de délivrabilité du poste de travail relationnel nouvelle génération

Dans ce dernier billet, nous évoquerons les grandes tendances en matière de déploiement en présentant les principes de virtualisation de l’environnement de travail, de virtualisation du poste et de cloud computing avec les bénéfices que chacun d’eux procurent aux utilisateurs et aux directions informatiques.

La virtualisation de l’environnement de travail consiste à mettre à disposition des applications à la demande des utilisateurs sous forme de services, en tout lieu et sur tout périphérique.

Dans le principe de virtualisation de l’environnement de travail, les applications informatiques sont virtualisées, centralisées et gérées au sein d’un datacenter. Cela permet de créer une librairie d’applications d’entreprise, à partir de laquelle les utilisateurs souscrivent aux applications dont ils ont besoin. Les applications sont ensuite délivrées sur n’importe quel support et avec n’importe quel système d’exploitation pour une utilisation en mode connecté, ou en mode déconnecté pour une utilisation offline. La virtualisation de l’environnement de travail est aussi connue sous l’acronyme SBC (Service Based Computing).

Ce modèle de déploiement offre une mise à disposition des applications plus rapide, avec une accessibilité possible à partir de n’importe quel device et d’un navigateur Web tout en offrant un niveau de sécurisation et de conservation des données directement sur le datacenter ainsi qu’un niveau de service et de performance des applications plus élevé sur lequel les DSI prennent généralement des engagements.

Pour ces derniers, la virtualisation de l’environnement de travail permet une amélioration significative de la gestion des applications informatiques (gestion au niveau du datacenter) ainsi qu’une réduction des coûts de gestion des postes utilisateurs avec un renforcement de la sécurité par un meilleur contrôle.

La virtualisation du poste de travail consiste, en plus de mettre à disposition des applications, à délivrer des postes virtuels, en tout lieu et sur tout périphérique.

La virtualisation du poste de travail va plus loin que celle de l’environnement de travail, puisque les postes de travail sont aussi virtualisés et non plus seulement les applications informatiques. Le mode de fonctionnement est sensiblement identique : tout est virtualisé, centralisé et géré au sein du datacenter. Puis, les postes de travail avec les applications sont ensuite délivrés sur n’importe quel support. La virtualisation du poste de travail est aussi connue sous l’acronyme VDI (Virtual Desktop Infrastructure).

Au-delà des bénéfices que permet la virtualisation de l’environnement de travail, la virtualisation du poste de travail permet une continuité de service entre les supports grâce à la possibilité de déployer son poste de travail sur n’importe quel device.

Au niveau des DSI, cette virtualisation du poste de travail offre un niveau de réactivité plus élevé, qui leur permet notamment d’être en phase avec la stratégie de l’entreprise (déploiement d’un parc informatique suite à l’ouverture d’une nouvelle entité délocalisée,…).

Le cloud computing fait référence au marché de la grande distribution de l’informatique à la demande, où l’utilisateur final a accès aux applications, ressources IT et services, fournis par un fournisseur de cloud services, via Internet.

Le cloud computing a pour principe d’externaliser les serveurs, les données et les applications en vue de mutualiser les ressources de l’entreprise et d’offrir un accès, via une interface web, aux ressources logicielles pour une utilisation à distance.
Dans notre approche, nous distinguons la notion de cloud computing de celle de virtualisation par son côté « comptable » basé sur un abonnement facturé à l’usage.
Trois grands modèles de services sont aujourd’hui associés à la notion de cloud computing (Saas, Paas et Iaas) qui offrent chacun un certain nombre d’avantages aussi bien pour les utilisateurs que pour les DSI.

D’un point de vue utilisateurs, le cloud computing offre les mêmes avantages qu’un environnement de travail virtualisé, avec un poste de travail allégé, adapté aux besoins des utilisateurs en fonction de leur profil et qui répond à des contraintes d’accessibilité en situation de mobilité.

Au niveau des DSI, il permet une meilleure gestion des investissements et des coûts grâce à un déploiement accéléré et facilité mais aussi par la mutualisation des infrastructures. Dans notre contexte, le choix du cloud computing est souvent réalisé pour externaliser la gestion de l’application CRM.

Nous terminerons donc cet article en précisant que les facteurs clés de succès liés à la redéfinition du poste de travail relationnel reposent essentiellement sur 4 axes :

  • managérial et organisationnel dont le but est avant tout de répondre aux problématiques de réduction du « Time to market » en fonction des enjeux stratégiques de l’entreprise.
  • technologique dont l’objectif est de permettre une mise en œuvre rapide de solutions innovantes, évolutives répondant aux enjeux métiers des utilisateurs et des services informatiques
  • axe économique pour lequel la maîtrise de l’investissement et la réduction des coûts de gestion du parc informatique et des infrastructures doit être la cible
  • et pour finir, sociétal et environnemental sur lequel l’entreprise peut s’appuyer avec une volonté affirmée de transparence pour le premier ou de diminution de son empreinte énergétique pour le second.

Lire aussi :

Ecrire un commentaire

* Name, Email, Comment are Required